DJSCS GUYANE

DJSCS GUYANE

Newsletter
Retour à la page d'accueil

LES ASSISES DU SPORT

Article SPORTS 10/04/2019

Les Assises du Sport ont été organisées par les services de l’Etat (DJSCS) et les services de la Collectivité Territoriale de la Guyane (CTG) du 21 au 25 janvier 2019.

Ces assises sont une étape importante de consultation et de réflexion globale partagée entre les acteurs institutionnels et le mouvement sportif, dans le cadre de l’élaboration du schéma territorial de développement du sport.

Sous la forme de tables rondes à Kourou pour le bassin de la Communauté de Communes Des Savanes (CCDS), à Saint Georges pour le bassin de la Communauté de Communes de l’Est Guyanais (CCEG), à Saint-Laurent pour le bassin de la Communauté de Communes de l’Ouest Guyanais, ce sont trois chargés d’études du Centre de Droit et d’Economie du Sport (CDES) de Limoges qui ont mené les échanges à la lumière de plusieurs documents diagnostic et généraux d’orientation.

Les propositions d’amélioration de tous les acteurs intervenant dans le champ des activités physiques et sportives viendront enrichir le schéma territorial de développement du sport de la Guyane. Ce cadre stratégique orientant la mise en oeuvre des politiques publiques en matière de sport sur tout le territoire de la Guyane sera l’aboutissement pour permettre la mise en oeuvre d’une politique partagée, une meilleure articulation des actions de l’Etat et des différents niveaux de collectivités.
La restitution des travaux est prévu pour le mois d’avril.

Quelques pistes d’analyse et de réflexion issues des débats avec les acteurs du mouvement sportif :

Trois grands enjeux

- La démographie exceptionnelle du département.
- Le déséquilibre territorial observé et objectivé.
- Les activités physiques et sportives comme un enjeu majeur du bien vivre ensemble.

Deux conditions :

- La transversalité. Il est constaté que dans les documents généraux d’orientation compulsés, il n’est pas fait allusion (ou très peu dans le SAR par exemple) aux activités physiques et sportives.
- L’intégration du projet sportif dans son environnement territorial.

Deux entrées : une entrée sectorielle "mouvement sportif" et une entrée territoriale

L’ entrée sectorielle "mouvement sportif"

Il s’agit de savoir comment coordonner ce secteur "mouvement sportif"avec les secteurs éducatif, du tourisme.... avec la condition de l’intégration de la politique sportive dans son environnement. Comment trouver une cohérence du sport par bassin ? Quel équilibre entre les territoires ? Certains territoires se considèrent oubliés.

Cette entrée sectorielle se présente autour de trois points : l’accessibilité au sport pour tous, le sport comme facteur de développement économique et le sport comme facteur de cohésion sociale.

Les freins à l’accessibilité au sport pour tous

Les éléments remontés sont essentiellement liés :
- A la mobilité des sportifs, aux coûts élevés des transports qui grèvent, de trop, les budgets.
- Au problème des équipements sportifs. Sur le sujet, tout le monde veut de nouveaux équipements , de la rénovation....Il faudra faire des priorités entre des équipements communautaires structurants ( ceux par GBA 66% en valeur sur les communes de la CACL) et les équipements de proximité nécessaires.
- A l’encadrement et à la formation ? Beaucoup remontent que la professionnalisation est nécessaire, se posent les questions du contenu, du lieu et des coûts de formation....
- A l’accompagnement des associations, voire des ligues et des comités qui ont des difficultés à remplir les dossiers, par manque de temps et/ou de compétences...
- A la sensibilisation à la pratique sportive qui pourrait être faite par le corps médical (prescription sociale du sport...)

La perception du sport comme levier de développement économique

Peut-on générer de l’emploi en attirant des événements sportifs ? Quels sont les obstacles ? Les billets d’avion trop chers, le vaccin de la fièvre jaune obligatoire mauvaise connaissance du département, stigmatisation....Quels sont les atouts de la Guyane ? Son vaste territoire riche de biodiversité,de cours d’eau... Des exemples d’organisations d’événements sportifs réussis sont cités en athlétisme, en rames....Des compétences sont reconnues en Kayak, en voile....

La perception du sport comme facteur de cohésion sociale

La question est majeure : quels outils mettre en place pour que le sport améliore la cohésion sociale ? Comment investir massivement les quartiers par le sport ? Les programmations de projets des sites en politique de la ville participent-elles d’un meilleur accès aux pratiques sportives ? Sur le plan de la santé, les partenaires travaillent-ils avec le mouvement sportif ? Des instruments innovants de communication et de valorisation sont nécessaires pour aider le mouvement sportif.

L’ entrée territoriale.

Il s’agit de dresser un bilan forces/faiblesses par territoire.

  • A l’est, les faiblesses sont : l’isolement, les longues distances entre les communes membres de la CCEG, la faible population, l’exode des jeunes, le coût élevé des transports.... Au niveau des équipements sportifs, il manque encore des équipements "de base". Parmi les forces : Une future cité scolaire devrait créer une nouvelle dynamique, le sport pourrait en tirer des avantages. L’Oyapock est un beau cours d’eau, sauvage, un potentiel pour le développement des activités de pleine nature. La frontière avec le Brésil doit être perçue comme une opportunité d’échanges entre les sportifs.
  • La "région capitale" : des faiblesses sont pointées : les poids des quartiers de la politique de la ville, les nombreuses zones d’habitat insalubre...Pourtant le sport devrait y avoir toute sa place. Le constat est fait d’une population segmentée entre "ceux qui ont des moyens" et les autres. Parmi les forces, des équipements sportifs pouvant accueillir des manifestations, des publics venant des autres communes et de l’extérieur...Une strate de population capable de payer des activités en salle de fitness...Une concentration des compétitions sportives à Cayenne avec un équilibre à trouver au niveau des calendriers et des lieux de compétition.
  • A l’ouest, constat est fait d’une pression démographique avec des taux qui nécessitent un perpétuel rattrapage. Une grande hétérogénéité du transport, le haut Maroni est très mal relié .Parmi les forces, une volonté, un dynamisme, la place du sport dans les politiques publiques, la place des activités omnisports (1300 licenciés au Cosma).
Deux prochaines étapes :
- Le "livre blanc des Etats généraux de Guyane" sera intégré comme nouvelle ressource pour enrichir le schéma.
- Les chargés d’études du CDES affineront, à la lumière de l’approche qualitative des assises du 21 au 25 janvier dernier, les propositions d’axes stratégiques.
La transversalité et la mutualisation seront au cœur des préconisations.